fr en de
portrait
Agenda

06 décembre 2022

Le 6 décembre 2022, la Rencontre des entrepreneurs de France 2022 est organisée par le MEDEF sur le sujet de la crise énergique et ses nombreuses conséquences en France et en Europe. Jean-Dominique Giuliani sera un des intervenants lors d'une table ronde consacrée au thème "L'Europe en basse tension : comment retrouver du tonus ?"

La plus mauvaise conseillère

Mais qu’est-il donc arrivé aux pays les plus avancés de la planète, et donc aussi à l’Europe, pour sombrer ainsi dans l’angoisse sanitaire et prendre des décisions engendrant des dommages irréparables à leurs économies et restreignant ainsi les libertés ?

C’est sous l’empire de la peur que tout a commencé.

Peur et frilosité de citoyens qui se croyaient protégés de tout ; terreur de gouvernants bien démunis, soucieux d’agir mais nourrissant ainsi leurs craintes ; échec, certainement provisoire, de la science à donner une réponse immédiate à l’apparition d’un virus non encore vaincu.

Puis entraînés dans la spirale de la peur, les uns et les autres ont réclamé, prescrit, appliqué des mesures de contrainte qu’on croyait réservées aux régimes totalitaires.

L’extrême sensibilité des sociétés européennes à tout danger, ici révélée, ne laisse présager que des déconvenues face aux défis à venir. Imaginons un instant des situations bien pires !

La peur est bien la pire des conseillères. Notre histoire nous enseigne qu’elle conduit aux plus horribles errements et qu’elle est l’ennemie mortelle des démocraties. Les restrictions aux libertés, déjà trop aisément acceptées, devraient nous inciter à plus de recul et surtout, pour tous les acteurs, à la fois plus de modestie et davantage de courage.

Il est temps, en effet, de reconnaître qu’il va falloir vivre durablement avec ce danger, que cela n’exige pas de mettre à bas tout ce qui fait l’attrait du mode de vie européen, ses libertés, son excellence scientifique et technique et la coopération volontaire de ses Etats membres. Contre la peur, qui peut être légitime, contre l’ignorance des sciences face à un péril nouveau, devant de difficiles décisions de politique publique, il n’y a d’autres choix que celui de la fidélité à nos principes de liberté et de responsabilité et bien sûr de la solidarité et du courage.

Pour les Européens, cela signifie ne pas chercher de solutions purement nationales, mais bien de se rassembler pour vaincre cet adversaire largement à leur portée sans renier ce qu’ils sont, peut-être bien les derniers défenseurs d’une société libre et ouverte.

 

signature