fr en de
portrait
Agenda

22 octobre 2019

La Commission France-Allemagne du Réseau Oudinot organise, en partenariat avec l'Institut Goethe de Paris, une conférence avec Jean-Dominique Giuliani sur le sujet de la coopération franco-allemande.

Vers une fédération budgétaire européenne

C'est Jean-Claude Trichet le premier qui a employé le mot.

C'est le Fonds monétaire international qui la réclame en demandant aux Etats de l'Euro d'achever la construction de l'Europe monétaire.

Ce sont désormais les marchés financiers qui l'exigent.

Et c'est ce que vont décider le 17 juin, sous la contrainte, les Chefs d'Etat et de gouvernement.

On savait depuis l'origine que l'Union économique et monétaire marchait sur une seule jambe et de nombreuses voix se sont fait entendre depuis la création de la monnaie unique, pour réclamer une vraie gouvernance économique commune.

Le Pacte de Stabilité et de Croissance, même non respecté, a permis aux Etats de se protéger derrière le bouclier de l'Euro pour laisser filer leurs déficits et donc accroître leurs dettes.

Les gouvernements n'ont pas joué le jeu de la convergence.

De leurs différences, qui ne sont, à l'échelle du monde, que des nuances, ils ont fait artificiellement des divergences, oubliant qu'au XXIème siècle, la taille pertinente, c'est celle du continent et que l'Europe est un tout dans la mondialisation.

L'heure de vérité ayant sonné brutalement, il va falloir apprendre à élaborer nos budgets nationaux en concertation avec nos partenaires du marché unique. C'est bien le moins.

Il va aussi être indispensable de doter l'Union d'un vrai budget européen, seul capable de donner corps à la solidarité entre les Etats membres. C'est nécessaire et déjà, la Facilité de Stabilisation de 750 milliards d'Euro ressemble à l'ébauche d'un Fonds monétaire européen.

Dans l'attente de l'élaboration d'une vraie politique économique commune, il va falloir faire un effort concerté de réduction de la dette et des déficits publics.

Hélas, c'est dans la rigueur que l'intégration européenne progresse, faute d'avoir voulu avancer, quand les vents étaient plus favorables, vers une véritable fédération budgétaire.

Qu'on ne plaide pas ici la cause des souverainetés nationales. Les propositions de la Commissions, agréées par les ministres des Finances et bientôt entérinées par les Chefs d'Etat et de gouvernement, respectent scrupuleusement les droits des parlements nationaux et les Constitutions des Etats membres. Qu'en resterait-il d'ailleurs pour ceux qui devraient abandonner leur liberté budgétaire au FMI?

L'Union européenne fait donc un pas essentiel dans son intégration, sous l'empire pressant de la nécessité.

Puisse cela l'inciter à aller résolument plus loin volontairement dans l'intégration politique avant que cela ne lui soit imposé, une nouvelle fois, par les circonstances.

Car, cette fois-ci, nous n'avons plus le choix.

signature