fr en de
portrait
Agenda

28 juin 2021

La Fondation Robert Schuman organise une visioconférence avec Mariya GABRIEL, Commissaire européenne à l'innovation, la recherche, la culture, l'éducation et la jeunesse. Les échanges seront modérés par Jean-Dominique GIULIANI.

Hommage à René Monory

René Monory nous a quittés.

Ancien président du Sénat français, ancien ministre de l'Economie, il laisse en France une marque profonde.

Il aurait supporté, une fois encore sans rien en dire, qu'on lui tresse des louanges au motif qu'il avait démarré modestement. On est souvent blessé de ces compliments qui mettent l'accent sur les origines, les diplômes ou la classe sociale.

Pour lui, un homme doit être jugé pour ce qu'il fait et ce qu'il est. Bâtisseur, il n'a jamais cessé d'entreprendre, de construire et de mettre en oeuvre ses idées.

Bien sûr, le Futuroscope, ce parc à thème d'un nouveau genre, près de Poitiers, traduisait son engouement pour les technologies et sa capacité à en anticiper les effets sur l'économie, la vie en société et les comportements.

Mais l'ont distingué aussi de nombre d'hommes politiques français, l'épargne populaire, la liberté des prix, l'Euro, la rigueur des lois économiques respectées, des finances publiques maîtrisées et l'audace de prendre des décisions dont la popularité s'accroît avec le temps.

Président du Sénat français, il l'a ouvert aux techniques modernes et à l'international dans la rigueur financière exemplaire qu'il trouvait naturelle pour toute institution publique.

Son goût pour la vie, son avidité à apprendre l'ont naturellement conduit à parcourir le monde pour écouter, observer, s'enrichir. Il était devenu le familier des grands noms de la technologie, de Bill Gates à Andy Grove, qui le respectaient pour sa vision prospective.

Mais ses racines étaient plantées dans la région du Poitou français, à Loudun qu'il aimait et pour laquelle il a refusé la fatalité du "désert français" en l'engageant dans les activités de l'avenir.

Sa libre intelligence, perçante comme son regard, dénotait, il est vrai, dans un pays si classique où l'expression publique demeure bien formatée. C'était un homme d'action qui puisait dans l'expérience mais aussi dans le travail, la lecture et l'étude, une force rare qui fondait une détermination et un courage peu communs. C'était "un caractère", un homme très attachant, un politique qui décidait et, surtout, assumait.

Sous des dehors qu'on disait "bourrus", parce qu'il ressemblait à un acteur qui l'était, il cachait mal une vraie générosité qui semait le bien autour de lui, spécialement pour les moins gâtés de la vie.

Sa démarche épousait toujours la ligne droite et tous ceux qui ont travaillé avec lui ont profité de sa force d'âme, de sa rigueur et de sa clarté. De son amitié aussi, car sa sensibilité s'était exarcerbée avec l'âge et il pouvait s'émouvoir à la vue d'un Rembrandt comme d'un beau paysage, sourire affectueusement à ses petits enfants comme à ses amis.

C'était un grand Monsieur, bien plus grand que son image, qui honorait de sa noblesse la fonction politique au service de l'intérêt général de son pays et de l'Europe. C'est certainement pour cela que la France unanime lui rend un hommage particulier.

signature