fr en de
portrait
Agenda

29 février 2020

Le 29 février l'IRIS organise la 12ème édition des Entretiens européens d'Enghien lors desquels Jean-Dominique Giuliani interviendra sur le sujet " L'Union européenne et ses frontières ".

La solidarité européenne à l'épreuve

La réponse européenne à la crise n'est pas à la hauteur.

Barack Obama a fait approuver son plan de relance de l'économie: 620 milliards € soit 6% du PIB. Les Chinois ont engagé 460 milliards soit 7%. Les plans européens additionnés atteignent péniblement 280 milliards €, soit 1% du PIB.

La réponse européenne à la crise n'est pas à la hauteur.

Chacun a agi dans son coin, persuadé que seule la dimension nationale permettait une réponse mieux adaptée. Les institutions européennes, à l'exception de la Banque centrale, ont sous-estimé la tempête et n'ont produit aucune idée capable de forcer la concertation et de mobiliser toutes les forces dont elles disposaient. Sur les marchés, certains Etats membres n'ont plus la cote et doivent payer plus chers leurs emprunts.

Or voila que les plus récents Etats membres, comme c'était prévisible, sont touchés à leur tour par la récession. Le FMI a dû intervenir en Lettonie et en Hongrie. Le premier gouvernement européen tombé à cause de la crise, a remis sa démission à Riga le 20 février. Il y en aura d'autres. Les banques sont partout fragilisées, les monnaies sont attaquées, la dette atteint des sommets et l'activité se ralentit. Dans ces pays en rattrapage et jusqu'ici en forte croissance, il n'y a pas un matelas de richesses capable de garantir l'emprunt pour affronter la crise. Ailleurs, partout, l'endettement des Etats s'accroît et mine la confiance.

La solidarité européenne va donc être très vite mise à rude épreuve. Elle ne saurait se contenter de timides avancées au G20 de Londres.

Seule une réponse globale, à l'échelon européen, peut vraiment être efficace. Elle exigera vraisemblablement des procédures exceptionnelles et des entorses aux règles de temps calme. Il faudra garantir des systèmes bancaires fragilisés, pour éviter leur effondrement, soutenir les monnaies non membres de l'Euro et contribuer efficacement, de Bruxelles, à la relance économique.

L'Union devrait pouvoir emprunter pour satisfaire ces besoins. Elle devrait accélérer le versement des fonds structurels, si lents à être déployés sur le terrain et mobiliser tous ses moyens pour assister ceux qui en ont besoin.

Il faut sauver le marché unique et venir en aide aux Européens sur le terrain.

Cela nécessite beaucoup plus d'imagination que la seule Commission en est capable. Les Etats membres doivent maintenant inventer des instruments européens  propres et donner une réalité à la solidarité européenne. Il faut conforter la Banque centrale en augmentant ses prérogatives de régulateur financier et de contrôle prudentiel et obliger la Commission, peut-être sous le contrôle du Parlement européen, à libérer très vite les fonds prévus pour l'investissement dans les Etats membres. Ces derniers enfin ne devraient plus adopter sans concertation, de plans de soutien purement nationaux.

signature